Logiciels Libres

La démocratie a besoin des logiciels libres

La démocratie a besoin des logiciels libres

Notre société a toujours été influencée par certaines techniques bien particulières. Aussi bien la lecture, l'écriture, le calcul que l'agriculture, l'imprimerie, et la radio ont changé notre manière de concevoir et de pratiquer l'économie, mais aussi les sciences et les arts. Les logiciels sont la plus importante avancée technologique du XXIe siècle. La Free Software Foundation Europe (FSFE) s'engage pour que, dans nos sociétés, il soit possible pour chaque individu de modeler cette technologie comme bon lui semble.

Aujourd'hui, on ne peut plus concevoir notre vie sans logiciels. La plupart d'entre nous ne passent plus un jour entier sans utiliser un logiciel. Beaucoup connaissent les logiciels de par leur ordinateur personnel ou professionnel, ou leur téléphone portable. Pourtant, ils sont aussi présents là où l'on ne s'en doute pas : dans les trains, les voitures, les téléviseurs, les machines à laver, les réfrigérateurs, etc. Sans logiciel, de nombreuses machines seraient sans intérêt. Sans logiciel, on ne pourrait pas écrire de courriels, on ne pourrait pas avoir de conversation téléphonique et on ne pourrait plus faire nos courses ni même voyager comme nous en avons l’habitude aujourd’hui. Les logiciels sont les outils centraux de notre société.

Si nous laissons d'autres personnes décider de nos outils à notre place, elles auront un pouvoir considérable sur nous. Celui qui décide du fonctionnement d'un moteur de recherche détermine ce que nous trouvons. Celui qui contrôle nos courriers électroniques peut nous censurer. Le simple fait d'avoir un pouvoir de décision sur un service de communication confère le pouvoir de choisir qui peut s'entretenir avec qui. Quiconque décide du mode de fonctionnement des logiciels dans une entreprise peut influencer, voire entraver les processus de travail.

Dans les démocraties modernes, la séparation des pouvoirs est de rigueur. Nous séparons les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire entre différentes institutions. Nous répartissons les compétences entre différents niveaux administratifs, tels que le niveau national, régional et départemental. Nous avons instauré la liberté de la presse pour contrecarrer les monopoles informationnels afin d'éviter de concentrer trop de pouvoir dans trop peu de mains. Le but est toujours d'équilibrer le pouvoir de manière à ce que même notre plus grand opposant trouve sa place au sein du système démocratique.

Si les logiciels – en tant qu'outils centraux de nos démocraties – en viennent à être contrôlés par une poignée de personnes, notre démocratie se retrouvera en danger. Non seulement notre communication, mais aussi une grande partie de notre infrastructure dépend des logiciels. La FSFE s'engage pour que la voix des utilisateurs soit entendue et que le contrôle sur les logiciels puisse être exercé par chacun. La société ne peut se permettre de perdre son indépendance dans les domaines qui touchent à l'organisation de ses outils centraux.

Notre société doit donner à tous la possibilité de modeler par lui-même cet outil central. Pour cela, nous devons être libres d'utiliser les logiciels pour n'importe quel usage, de comprendre leur mode de fonctionnement, de les distribuer et de les modifier. Voici ce que cela apporte :

Les logiciels qui garantissent ces libertés à leurs utilisateurs sont des logiciels libres.

Une société démocratique a besoin de piliers solides. Les logiciels libres en sont un.

$Date: 2010-04-23 15:56:18 +0100 (Mon, 23 May 2010) $ $Author: Matthias Kirschner$ maelle, Jil Larner (Mont Blanc, France)